Pub du grenier: To boldly go where no man has gone before

Elite Plus
Pub Rainbird, Février 1991 (cliquez pour agrandir)

Né sur le micro anglais BBC d’Acorn en 1984, Elite fut ensuite adapté au fil des ans sur tous les ordinateurs à la mode et même sur la NES de Nintendo ! Son principe est à la fois simple et vertigineux: survivre et faire son beurre dans l’immensité galactique.
Le joueur débute sa carrière avec 100 crédits en poche aux commandes du mythique vaisseau Cobra Mk III et ensuite… Il se DEMMERDE ! Cette liberté totale alliée à un astucieux algorithme permettant de générer des centaines de planètes donne l’un des jeux dont les vieux cons parlent toujours avec émotion; Leur premier appontage (raté) dans une station orbitale, leur premier combat (perdu) contre l’ennemi, leur premier (maigre) bénéfice dans une transaction commerciale. Des missions permettent de se mettre à dos, au choix, la police, les pirates, les commerçants ou les aliens, de gagner des titres de gloire et d’amasser les brouzoufs nécessaires à l’évolution de son matos.

A la fois jeu d’aventure et Shoot 3D, simulation économique et exploration aux frontières de l’espace infini (insérez ici la musique de Star Trek), Elite est le pionnier du genre Space Opera. D’abord en 3D fil-de-fer, le jeu évolue à chacune de ses adaptations jusqu’à parvenir à une sorte de version idéale (une version finale stable diront ses détracteurs) avec Elite Plus sur PC en 1991. Deux suites, « Frontier: Elite II » et « Frontier: First encounters », sortiront quelques années plus tard.

Comments

There are currently no comments on this post, be the first by filling out the form below.

Speak Your Mind

*