Pub du grenier: Il n’y a que Might qui m’aille

Pub New World Computing, Avril 1998 (cliquez pour agrandir)

Si vous prononcez les mots Might & Magic devant un Gamer de plus de 30 ans, deux réactions peuvent se produire chez lui : soit un regard emplit de vide intersidéral prouvant qu’il n’a pas la moindre idée du sujet, soit un regard emplit de vide intersidéral prouvant qu’il vient de vous quitter mentalement pour parcourir les vastes étendues d’Enroth.
La série des « Might », née en 1986 et à ne pas confondre avec Heroes of Might and Magic, a perduré durant toutes les 90’s jusqu’à devenir la référence du RPG Bourrin, un genre mélangeant les codes strictes et feutrés du Jeu de Rôle avec l’action façon Hack’n Slash et ses légions de monstres balancées à la face du joueur. Un mix entre Bard’s Tale et Diablo, pour faire simple, dans une course à la puissance suprême et à l’équipement ultime, aux commandes d’une équipe de quatre aventuriers (Wawa, Mage, Palouf, et toute la clique) ayant pour objectif secondaire de sauver le monde.
Le supplément d’âme des M&M venait assurément de l’immensité des lieux à parcourir, des scénar intégrant allègrement Fantasy et S-F, et aussi du système d’évolution de ses persos réclamant un paiement en pièces d’or. Et oui, fallait raquer pour progresser, gagner plus pour leveler plus !

Comments

There are currently no comments on this post, be the first by filling out the form below.

Speak Your Mind

*