Pub du grenier: Daikatanul

Pub Eidos, Décembre 1999 (cliquez pour agrandir)

Quand on a participé à des Hits Historiques tels que Wolfenstein 3D, Doom et Quake, y’a de quoi se choper le melon. Et de fait, c’est ce qui est arrivé au Sieur Romero, alias Johnny-l’enflé-des-chevilles.
Ne se sentant plus de joie pisser, l’artiste quitte la boite qui a fait sa renommée, ID Software, pour fonder Ion Storm. Le but ? produire le FPS ultime. Nous sommes en 1997, Jojo-grosse-tête se lance dans le développement de son chef d’œuvre. Plein de suffisance l’homme annonce une date de sortie pour la fin d’année et publie dans les mensuels un teaser qui en dit long sur son ambition : « John Romero is about to make you his bitch ». John va faire de toi sa salope, le ton est donné.
Mais Jo l’Orgueilleux se fait humilier lors de sa présentation à l’E3, avec une démo technique ridicule. Il quémande donc, tout penaud, le moteur graphique « Quake II » flambant neuf de son ancien boss, et reprend tout de zéro.
Requinqué, Roro le fierrot revient à l’E3 de 1999 avec la ferme intention de montrer qui c’est le patron. Mais la démonstration tourne une nouvelle fois à la plaisanterie lorsque le public s’aperçoit que le jeu mouline à un point tel qu’il en devient injouable. Cette fois Eidos, qui finance Ion Storm, siffle la fin de la récrée. Il rachète le studio indépendant et cloue le bec du prétentieux.
Daïkatana sort finalement début 2000, sous les quolibets et les LOLz. Daïkatastrophe ! Alors John, c’est qui la salope maintenant ?

Comments

There are currently no comments on this post, be the first by filling out the form below.

Speak Your Mind

*